I - Modes alimentaires en France

Publié le par ElèvesES

  1. Mode alimentaires des Français :

Les modes alimentaires des Français sont en évolution. Cela entraîne de nouveaux comportements et de nouvelles tendances de consommation. Ceci est lié à de nombreux facteurs ; comme les contraintes économiques, la gestion du temps, la démocratisation des loisirs et des activités, le travail féminin en développement, l’alimentation de la grande distribution, l’industrialisation, la croissance urbaine qui ne cesse d’augmenter, les rythmes de vie en modification, la santé… Ces facteurs sont la cause d’un mode alimentaire plus diversifiés.

Du a ceci, il y a alors :

 

  • Un nouveau model alimentaire :

Aujourd’hui, la France est dans un contexte économique difficile (la crise), il y a donc une hausse des dépenses obligatoires mensuelles (gaz, électricité, eau…) qui entraînent une baisse de pouvoir d’achat des ménages, les Français sont alors amenés à faire attention à leurs dépenses en défaveur de l’alimentation. Le poids des dépenses alimentaires a alors chuté : par exemple 19.7% en 2005 contre 18.6% en 2006, soit une baisse d’environ 1% en 1 an. L’acte de manger est dirigé par des règles sociales et culturelles c'est-à-dire une façon de s’alimenter qui comprend trois repas structurés et équilibrés par jour. On constate aussi une diminution du nombre de plats et des temps de préparation, une irrégularité des horaires pour manger, de l’alimentation déjà préparée (plateaux repas, boites de conserve, surgelés…), une implantation de la nourriture exotique au détriment des produits traditionnels (de base). Ensuite, on remarque un goût très prononcé des nouvelles générations pour une alimentation tournée vers la recherche d’innovation et la restauration rapide (fast-food…). Les industries agroalimentaires ont su s’y adapter en proposant une nouvelle gamme de produits rapides soit déjà préparés. Ceux-ci sont privilégiés au détriment des produits frais comme la viande, le poisson, les fruits et légumes… et réapparaissent à travers les nombreux clubs de cuisine et le succès des livres de recettes. Les formes hybrides de consommation ne sont pas de vrais repas, il s’agit de grignotage et cela se développe. De plus, on assiste à une multiplication des lieux pour consommer et à une délocalisation des restaurants.

 

  • L’évolution du snacking :

La population française consacre beaucoup moins de temps au déjeuner ; en vingt ans, on est passé de 1h40 min à 40 min en moyenne, voire moins de 10 min ! Cela évoque une adaptation à ce type de consommation. Le snacking et la VAE (vente à emporter) sont devenus un marché important en France. Dans celui-ci, qui connaît une croissance deux à trois fois supérieure à la restauration traditionnelle ; le sandwich arrive en tête et intègre de plus en plus la notion d’équilibre nutritionnel. Les salades et les soupes offrent également une image diététique auprès du consommateur.

 

  • Une dimension hédoniste :

En économie, l’hédonisme est une attitude qui fait de la recherche un maximum de satisfaction, avec le minimum d’efforts, le moteur de l’activité économique.

Les français, qui sont reconnus pour leur gastronomie recherche avant tout dans les aliments, le meilleur goût, et sont donc prêt à dépenser plus pour avoir accès a ce critère. La culture alimentaire Française a fait évoluer de façon très importante la « dimension hédoniste » par le partage, la convivialité et le goût. Cette dernière est caractérisée par la qualité et l’origine des produits. Pour 87% des consommateurs, c’est une sécurité de consommer des produits provenant de France. 84% pensent que les aliments sont de meilleures qualités et 65% préfèrent le goût de ces mêmes produits. A cet égard, le marché des produits « bio » est en augmentation constante (9.5% par an) depuis environ 2002, surtout pou les produits laitiers et les œufs (21%) ainsi que les fruits et les légumes (16%). On remarque également que le domaine de l’alimentation varie en fonction des âges des consommateurs. Ce sont les seniors et les plus de cinquante ans qui dépensent plus que les autres (25% de plus) puisqu’ils privilégient une alimentation saine pour leur santé. Leurs repas sont donc structurés, variés et équilibrés (pain, soupe, fruits, légumes). Les modes d’agricultures seront toujours en constante évolution.

 

 

transgourmet.fr / davidbarthe.fr / ecole-management-normandie.frtransgourmet.fr / davidbarthe.fr / ecole-management-normandie.fr
transgourmet.fr / davidbarthe.fr / ecole-management-normandie.fr

transgourmet.fr / davidbarthe.fr / ecole-management-normandie.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article